09/07/17

Résultats :

Simple :

Nicolas Trebuchet (15) bat Loann Massard (5/6) : 3/6, 7/6, 6/3

Tiago Pires (5/6) bat Clément Kubiak (15) : 6/4, 6/2

Double :

T. Pires / L. Massard battent N. Trebuchet / C. Kubiak : 2/6, 6/4, [14-12]

Compte-rendu :

"J'en tremble encore un peu". Laurent De Pasquale, coordonnateur national de l'année 2005 à la DTN, a eu du mal à s'en remettre. Il faut bien admettre que la finale masculine de l'édition 2017 des Championnats de France Interligues 12 ans a mis les nerfs des spectateurs à rude épreuve.  Dans ce duel de "challengers" (le Val-de-Marne a pris le meilleur sur les Yvelines, tête de série n°1, en demi-finale, tandis que le Dauphiné-Savoie a éliminé le Val-d'Oise, tête de série n°2), le premier match a donné le ton en offrant un superbe spectacle.

Dominé dans le premier set, breaké dans le deuxième : la situation de Nicolas Trebuchet semblait particulièrement compromise. En face, Loann Massard (à droite sur la photo) était en contrôle. Le joueur du Dauphiné se montrait très patient dans l'échange et minimisait les fautes. A 4-3, il a sauvé deux balles de debreak (dont une sur un somptueux coup droit court croisé) pour se retrouver à 5-3, à un jeu du match.

Mais son adversaire francilien n'est visiblement pas du genre à abdiquer si facilement. Au bord du précipice, mené 0-30, Trebuchet a eu le grand mérite de s'accrocher. Profitant de quelques erreurs à la volée de son adversaire, il a refait son retard et debreaké pour revenir à 5-5. Il a alors placé son doigt sur la tempe : un gimmick emprunté à Stan Wawrinka... loin d'être usurpé ! Car le Francilien a encore sauvé trois balles de break puis arraché un tie break qu'il va gagner au bout du suspense. C'est alors lui qui a pris l'ascendant dans la dernière manche. Euphorique, il a finalement remporté la rencontre sur une dernière énorme défense.

Un double décisif pour départager

Sans s'affoler, Tiago Pires (à gauche sur la photo) a alors permis à l'équipe du Dauphiné-Savoie de recoller immédiatement au score en dominant Clément Kubiak dans le deuxième simple de la journée. "J'ai fait un bon match de simple, malgré la fatigue et la pression, a confié Pires. Car si je perdais, c'était fini. J'ai su gérer le stress et j'ai essayé de ne rien lâcher". Puissant, véloce, et plein de sang-froid lors des points importants, le joueur classé 5/6 arrachait ainsi un double décisif.

Lors de ce dernier, ce sont bien les deux Franciliens – qui s'entraînent dans le même club, à Thiais Belle Epine, et qui était accompagné de leur coach et capitaine Driss Guerrouj – qui ont pris le meilleur départ. Sur une superbe volée croisée signée Trebuchet, les Franciliens se sont offert deux balles de premier set. La seconde sera convertie sur une faute adverse (6/2).

Le deuxième acte a été alors particulièrement accroché. A 3-3, le Val-de-Marne est parvenu à inscrire un break…mais le Dauphiné-Savoie a recollé immédiatement. Et à 5-4, sur un fulgurant retour gagnant de Loann Massard, le Dauphiné a égalisé à un set partout. Place donc à un super tie break pour départager les deux ligues.

"Un état d'esprit irréprochable"

Le suspense était déjà beau…mais le final a été tout simplement irrespirable. Après avoir cédé le premier échange, le Val-de-Marne a aligné quatre points de rang (4-1). Les Franciliens ont continué leur marche en avant pour mener 9-7 et s'offrir deux balles de match. Un smash trop long et une défense exceptionnelle plus tard, le Dauphiné recollait…avant de sauver une 3e balle de titre à 10-9. C'était alors au tour du Val-de-Marne de frôler le précipice et de sauver deux balles de match. Mais une dernière extension à la volée de Loann Massard allait finalement mettre fin à un suspense insoutenable (14-12). Les deux jeunes du Dauphiné –qui se connaissent depuis qu'ils ont quatre ans - pouvaient tomber dans les bras l'un de l'autre.

"Que dire, à part les féliciter ? s'est réjoui leur capitaine Renaud Dujeu. "Ce sont deux copains avec un état d'esprit irréprochable qui gagnent. Bravo à eux, mais aussi à leurs adversaires qui ont fait une finale fantastique".  

"C'est magique, a soufflé Tiago Pires à la fin du thriller. C'était de la folie, a abondé son coéquipier. On remercie tout le monde, notre coach, les surveillants, les arbitres. On a été très concentré du début à la fin du double. Ca fait deux mois qu'on se prépare pour ces championnats. Maintenant, on va rentrer se reposer, voir nos familles. Mais on a déjà hâte d'être aux championnats de France 13 ans".

(Emmanuel Bringuier)